Le Cnam accompagne le développement de la formation professionnelle au Sénégal.

Accords Cnam Sénégal

20 juin 2017

Du 24 au 28 mai, une délégation du Conservatoire national des arts et métiers, conduite par son administrateur général Olivier Faron, s’est rendu au Sénégal pour y signer un ensemble d’accords engageant le Cnam auprès d’acteurs institutionnels et professionnels de ce pays.

Avec pour objectif de participer à l’amélioration des solutions apportées en réponse aux besoins de compétences et de savoir-faire des entreprises, des industries comme des administrations du Sénégal, le Cnam, établissement de référence en matière de formation tout au long de la vie (FLTV) s’est engagé auprès de :

L’Université Cheikh Anta Diop (UCAD), pour élargir l’offre de formation dispensée au sein de son École supérieure polytechnique (ESP) par l’Institut des techniques économiques et comptables (Cnam-Intec), et pour formaliser une prochaine coopération en termes de recherche scientifique et d’accompagnement des doctorants de l’École doctorale des sciences juridiques, politiques, économiques et de gestion de l’UCAD.

L’Université virtuelle du Sénégal (UVS), en vue d’une collaboration comprenant des actions de formation et de recherche communes, notamment autour de dispositifs de formation à distance, et plus particulièrement des Massive open online courses (MOOCs) produits par le Cnam.

Le centre Trainmar de Dakar, spécialisé dans la formation à la logistique et aux métiers portuaires, pour la mise en place de deux formations, l’une conduisant au diplôme de l’Institut des transports internationaux et des ports (ITIP), et l’autre à la licence en Commerce et développement international.

Le ministère des Postes et Télécommunications, pour poser les bases d’une offre de formation en direction des personnels de ce ministère dans les domaines informatiques.

Ces accords, qui s’inscrivent notamment dans le cadre du « Plan Sénégal émergent », fixé par le gouvernement sénégalais en faveur du développement économique, sont les premiers éléments d’un engagement que le Cnam souhaite plus ambitieux.

À terme, l’établissement envisage ainsi la création d’un centre Cnam de plein exercice, sur le modèle de celui récemment mis en place en Côte d’Ivoire, le centre INPHB-Cnam, pour accompagner, grâce à son expertise de la formation professionnelle supérieure, tous les projets de développement que portera la société sénégalaise. Pour piloter et mener à bien ce projet d’ampleur, l’administrateur général a nommé Philippe Durance, professeur du Cnam sur la chaire Prospective et Développement durable.

Cette visite et ces engagements suivent de quelques mois la convention-cadre de coopération bilatérale conclue entre le Cnam et le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche du Sénégal. Cette première convention a été signée le 21 décembre 2016 par Olivier Faron, Mary Teuw Niane, ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche du Sénégal, et Thierry Mandon, secrétaire d’État en charge de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, à l’occasion de la remise du titre et des insignes de Docteur Honoris Causa du Conservatoire national des arts et métiers à SE M. Macky Sall, président de la République du Sénégal.

Une délégation du Cnam, conduite par son directeur général des services Didier Bouquet, s’est par la suite rendue au Sénégal, du 20 au 23 février, pour y rencontrer différents acteurs des mondes académiques et économiques, et analyser finement les besoins pour y apporter les réponses les plus adaptées. Réponses concrétisées en partie à travers les accords signés en cette fin du mois de mai.